Salopes en chaleur

Dans le verger de pommiers

Je suis tombé de mon vélo dans le fossé. L’étroite piste cyclable était glissante avec du gravier sur la route. Ce stupide chien aussi, est passé soudainement devant mon vélo. Quelques instants plus tard, un fermier est venu de derrière les arbres. Il a sifflé au chien, mais il s’est seulement enfui plus loin.

Le fermier est venu vers moi et m’a demandé si tout allait bien. J’ai indiqué que je ne le savais pas très bien. Mon genou me faisait un peu mal et j’étais encore dans le fossé qui, d’ailleurs, ne contenait pas beaucoup d’eau. Il a sorti mon vélo du fossé et l’a tiré dans la direction, seulement la mauvaise. Mon vélo se trouvait maintenant dans le verger de pommiers et il n’y avait pas de piste cyclable à cet endroit. Je me suis levé et j’ai senti que mon genou avait subi un lourd sacrifice. Je voulais sortir du fossé. Cela n’a pas fonctionné. Le fermier voulait me donner un coup de main et m’a donné un “cul”, mais à cause de la pente, je ne pouvais pas avoir trop de pression sur le genou. Il a ensuite eu une autre proposition. Il avait une corde dans sa poche et si on la mettait autour de mes poignets, il pourrait me hisser hors du fossé par le haut. Tout ce que j’avais à faire était de tenir la corde et d’utiliser mon talon pour continuer à me pousser vers le haut. Cela semblait être une option raisonnable, alors il a attaché une corde autour de mes poignets et m’a tiré vers le haut pendant que je me poussais avec mon talon. Quand je me suis relevé, le fermier m’a attrapé, m’a jeté par-dessus son épaule et a marché avec moi dans le verger. Quelques instants plus tard, il s’est arrêté et m’a “jeté” par terre. J’étais trop perplexe pour réagir, le fermier s’est assis sur mes hanches, a poussé un mouchoir dans ma bouche et m’a attaché à un arbre. “Alors,” dit-il, “nous allons essayer quelque chose ensemble.” Il m’a attrapé par le menton et m’a regardé dans les yeux en disant : “Attention à ce que je fais, parce que plus tard, je vais vous poser quelques questions”. Avec un reflet dans les yeux, il a ouvert la fermeture éclair de ma veste et a tout plié. Ensuite, c’était à mon tour d’ouvrir mon jean. Il l’a également déboutonnée lentement et a regardé ma chemise que je portais en dessous. Il a retiré la chemise de mon pantalon et l’a enroulée le plus loin possible. Et comme je ne portais pas de soutien-gorge, mes seins étaient exposés et prêts pour lui. Il lui a même léché les lèvres. Avec les deux mains, il a saisi mes seins et a sucé mes deux tétons. Pas dur et rugueux, mais très tendre. Quelques instants plus tard, il m’a soufflé sur les tétons, qui sont rapidement devenus raides. Il s’est mis à les caresser et, à mon grand dam, il était très gentil aussi ! Bientôt, j’ai senti ma chatte battre. “La première partie du test consiste à voir si une femme réagit à la caresse des mamelons quand elle ne le veut pas”. Il caressait doucement et les coups devenaient plus intenses. Donc, en clair, c’est juste que je commençais à m’exciter. Il a poussé ses fesses un peu vers l’arrière. Maintenant, il n’était plus assis sur mes hanches, mais sur mes cuisses. Il a déboutonné mon jean, puis a recommencé avec mes tétons. Les caresses sont devenues atroces et taquineuses. De nouveau, il m’a attrapé par le menton et m’a dit : “Regarde-moi. Je veux voir ce regard excité dans tes yeux”. Alors je les ai regardés. Avec ses annulaires, il a caressé mes tétons. Il a caressé mes tétons avec juste assez de pression. J’ai commencé à bouger le haut de mon corps, à me tortiller sur le sol, parce que la sensation devenait un peu trop forte pour moi. Les battements de ma chatte sont devenus plus intenses.